5 Rue Justin Godart, 69004 Lyon
06 15 09 20 41
aureliecaudullo@gmail.com

Ma vision du Yoga

le Yoga

Le Yoga est une pratique qui mobilise le corps par la pratique des postures (asana), qu’elles soient tenues (postures dites en statique) ou qu’elles soient enchaînées (postures dites en dynamique). On ne sait pas très bien dater la naissance de cette pratique. Il se pourrait que le yoga soit déjà pratiqué il y a plus de 5000 ans.

Le samkya karika et le Yoga Sutra de Pantajali sont les premiers textes connus et admis qui parlent du yoga.

Cette pratique a beaucoup évolué aux cours des siècles et on ne sait pas vraiment comment on pratiquait le Yoga il y a 5000 ans.

Les 8 membres du yoga

J’ai été formé au yoga de 2005 à 2009 au sein de l’Institut Français de yoga par Peter Hersnack, élève direct de Desikachar et de son père Krishnamacharya.

Le yoga est bien plus qu’une pratique corporelle et physique, c’est un art de vivre selon moi. La pratique des asana est insuffisante pour appréhender l’essence du yoga.

J’aime bien me référer au yoga sutra du Patanjali et ses 8 membres du yoga au chapitre 2.

Les 8 membres sont la relation à l’autre, la relation à soi, la pratique des postures, l’attention portée à soi ou retrait des sens, la respiration, la concentration, la méditation, la méditation profonde.

Ces thèmes sont traduits du sanskrits, ils sont à expliquer un peu pour mieux les appréhender.

Le yoga comme soutien

Le yoga est entré très tôt dans ma vie dès l’enfance, ma mère pratiquait le yoga et j’ai eu envie d’essayer avec elle. J’ai trouvé une forme d’apaisement immédiate avec moi-même et dans la relation à l’autre. Le yoga m’a beaucoup aidée dans les moments difficiles de la vie et dans les moments de stress, par exemple avant de passer un examen afin de bien rester concentrée, de ne pas perdre mes moyens, de donner le meilleur de moi-même.

Les postures de yoga aident à trouver l’ancrage et l’alignement. Il s’agit dans la posture extérieure et intérieure d’être dans son axe, d’être droit avec soi-même et les autres, de ne pas vaciller, de rester en contact avec la terre, et la circulation dans le corps. Ça me permet de sentir ce qui est juste et d’agir en conscience. Il y a donc un au-delà du bien-être corporel dans la posture, c’est une direction, un chemin de vie qui m’est proposé au travers de la posture.

Le yoga comme miroir

LIl ne s’agit pas seulement de développer de la souplesse dans le corps, mais d’observer quelles sont mes rigidités, et est-ce que ces rigidités dans mon corps sont en miroir avec des rigidités mentales, émotionnelles ou relationnelles ? quand est ce que je tiens trop ? quand est ce que je pourrais lâcher et que je tiens ? quand est-ce que j’abandonne trop vite ?

Il y a un miroir entre posture et chemin de vie.

.

L'effort juste

 Dans le sutra 2.46 du livre de Patanjali, la posture est décrite comme « Sthira sukham asanam » Asana, c’est la posture, elle est définie comme sthira sukha, ce sont les qualités de la posture. Sthira évoque la fermeté et la rigueur et sukha signifie agréable. Il y a de nombreuses traductions de cet aphorisme comme par exemple « être fermement établi dans un espace heureux », on parle aussi fréquemment « d’effort juste ». Ce que je comprends de cet aphorisme c’est que la posture est un espace de plaisir, de circulation qui est agréable et en même temps il y a un cadre, une structure, un alignement, de la précision. La posture n’est pas que rigueur ou que plaisir, pour être dans l’état de yoga, il y a besoin que les deux coexistent dans un effort juste.

Le Yoga n’est pas que la posture, dans les 8 membres du yoga, il représente 1/8eme.

L’attitude dans la posture peut aider à se rapprocher de l’esprit du yoga : observer comment je comporte dans la posture, est ce que je veux absolument m’étirer plus, attraper mes pieds alors qu’aujourd’hui je suis un peu fatiguée ? dans ce cas, est ce que mon moteur ne serait pas l’ego ? L’ego n’est pas un problème, il fait partie du processus, c’est juste important de ne pas lui laisser toute la place. Bien identifier qui est aux commandes quand j’agis.

Une autre possibilité c’est le trop grand relâchement, je pourrai m’étirer plus, mais ce que je fais est déjà bien suffisant pour aujourd’hui. Etre trop vitre satisfaite, ne pas tenir sur le long terme, c’est manquer de sthira ou de tapas.

Dans le Yoga sutra YS II.1 – tapah svādhyāya īsvarapranidhānāni kriyā yogah, le yoga de l’action est défini comme tapas, svadhyaya et isvara pranidhana.

Ces 3 qualités  sont tapas : l’ascèse, la rigueur

Svadhyaya : la connaissance de soi et l’étude de soi

Isavarapranidhana : l’abandon, s’en remettre à plus grand que soi

Le yoga de l’action est en lien avec notre quotidien.