5 Rue Justin Godart, 69004 Lyon
06 15 09 20 41
aureliecaudullo@gmail.com

Accompagner les personnes en deuil

Surmonter la mort d’un être proche

La mort d’un être proche est un passage obligé. Au cours d’une existence, on perd tous un être proche, et nous ne vivons pas tous le deuil de la même manière. 

La mort fait partie de la vie, et c’est pourtant une des choses les plus difficiles à traverser.

Le deuil se fait selon 5 étapes (voire 5 étapes). Il arrive qu’on reste bloqué dans une des phases, et que cette phase s’éternise des mois, voire des années, alors que pendant ce temps-là « la vie continue », comme on dit. Elle continue, certes pour les autres, mais pas pour celui qui est figé dans ce deuil impossible à faire, et qui aimerait bien profiter des moments de vie, qui sont actuels. 

Parfois, l’entourage essaie d’aider, mais ce n’est pas suffisant, ou pas entendu, pas vu, peut-être même agaçant. Des phrases entendues et réentendues telles que « il ou elle aurait aimé que tu continues à vivre » sont vides de sens, dans le présent, pour celui qui souffre de cette douleur qui semble insurmontable. Alors que celui qui vit cette expérience a plutôt tendance à penser qu’il ne pourra plus jamais être heureux. Dans ce cas, la thérapie biodynamique peut être un soutien inestimable afin de dépasser ce blocage.

Certaines personnes ont besoin plus que d’autres d’être soutenues et accompagnées durant cette période. Parfois, quelques séances suffisent pour passer à autre chose, pour que dans le corps les émotions bloquées puissent de nouveau circuler, et reprendre le cours de son existence. Parfois, il y a besoin d’un accompagnement plus long. Il arrive aussi que tout aille bien et que la douleur associée au deuil se réveille avec un décalage, éventuellement même des années plus tard. 

J’entends souvent en thérapie des personnes qui s’en veulent de ressentir de la douleur, qui trouvent que c’est bête de pleurer des années après ou qui regrettent « d’en être encore là ». Souffrir n’est pas ridicule, c’est juste humain. Il n’y a pas de règles, chaque personne a sa propre manière et son propre rythme organique de vivre sa souffrance. Un deuil peut réveiller à lui tout seul tous les deuils précédents non résolus que ce soient les nôtres ou même ceux de la famille. Un accompagnement thérapeutique permet alors de retrouver de l’élan vital, de clarifier l’histoire personnelle et familiale, d’apaiser la douleur et de « revivre » tout simplement.